Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Conatus

Travailler plus

4 Février 2008, 21:10pm

Publié par Schneckenburger

Il y a derrière le slogan "travailler plus pour gagner plus" plus d'une idéologie.

Passons sur le fait que cela ne fasse que répondre aux projets du patronat depuis qu'il se trouve un patron et un ouvrier : faire croire qu'en travaillant plus on gagnera plus, alors qu'au fond il n'en est rien, tandis que travailler moins c'est toujours gagner moins.

Passons sur cette étrange folie par laquelle le mouvement ouvrier après avoir épousé la cause du travail épouse aujourd'hui celle du pouvoir d'achat là où nous serions plus inspirés de raisonner en niveau, mieux en mode de vie.

Non, une étrange folie vient de ce que l'on croie en effet que travailler plus serait la condition de l'élévation de notre bonheur. Le discours sur la croissance ne fait ainsi que développer sur le mode économique un autre croyance : l'activité salariée aujourd'hui serait de nouveau le moteur de notre société, comme l'était celui du prolétaire attaché à son usine.

Les lieux du travail à la chaîne se sont déplacés, mais les maux demeurent les mêmes. Les emplois de service sont à leur tour soumis aux impératifs de rentabilité immédiate qui placent le salarié dans un gigantesque jeu de calculs où l'être humain n'est qu'une variable, là où le prolétaire n'était qu'un rouage. Caissières, télé-opérateurs, vendeurs le savent bien. il n'est pas un domaine de l'activité qui ne soit épargné.

Les publicités jouent dessus car la dématérialisation des banques et les supermarchés en lignes nous vendent un service et une certaine conception du temps de vie. Car s'il faut à un nombre croissant de salariés acheter 24h sur 24, c'est que les temps de travail ne cessent de s'allonger. La multiplication des opérations à distance affranchissant des frontières réelles, de celles rythmées par les échanges réels et par la durée du jour, il devient nécessaire de travailler en permanence.

Ainsi la technologie qui devait nous libérer des contraintes naturelles, qui devait nous permettre de nous affranchir des vicissitudes du temps des saisons, du temps climatique, nous oblige désormais à travailler quel que soit le temps. Les nouvelles technologies de l'information ne nous permettent plus de travailler en temps réel, elles nous contraignent à travailler tout le temps.

  • Marx l'avait annoncé : " La machine, en augmentant la matière humaine exploitable, augmente en même temps le degré d'exploitation." Le Capîtal  Quatrième section, chapitre XV

Commenter cet article